Maxime Tassin, photographe professionnel à Lyon

Photographe professionnel, vidéaste, peintre, à Lyon

Photos animées > Film Traboules grises


Maxime Tassin nous livre la mémoire du vieux Lyon. S’il se situe dans l’espace privé, il se situe aussi quelque part dans l’histoire… Il révèle au regard les dernières cours et traboules du vieux Lyon subsistant dans leurs crasses. On s’imagine aisément dans ces années soixante où le quartier insalubre venait d’être sauvé par la création du secteur sauvegardé (loi Malraux) grâce à l’engagement de ses habitants et de romantiques amoureux. On redécouvre alors dans ces prises de vues de Maxime Tassin (bel et bien réalisées 

en 2016 !) la noirceur et la gravité de l’usure matérielle, l’anachronisme des lieux. Se faisant on décèle des portes conduisant vers des mondes mystérieux. Ce qui nous ferait presque oublier que l’on se situe pourtant au cœur de la ville moderne. Ce travail est dédié au photographe lyonnais Jules Sylvestre (1859-1936) qui lui aussi sut saisir et révéler la beauté d’un quartier, à une époque où les élites (par aveuglement et grande foi dans le progrès) appelaient de leurs vœux à faire disparaître

 sous les pioches les taudis du vieux Lyon. Après un ultime projet de destruction, les Lyonnais ont donc fini par envisager d’œuvrer pour la rénovation du quartier. Il ne reste aujourd’hui, en 2016, plus que cinq cours non rénovées. On mesure ainsi la rareté de ce que l’on voit ; de ces « vieilles pierres » accrochées dans le passé et leurs caractères qui, nécessairement, finiront à leur tour par mourir.

 

Une exploration du patrimoine du secteur sauvagardé du vieux Lyon, montrant un ensemble de cours non rénovées sous un angle artistique.